Le contrôle des prix

 

Les politiciens (et souvent leurs électeurs) aimeraient bien que l’on empêche légalement certains prix d’augmenter (ou d’autres de baisser). Est-ce vraiment une bonne idée ? Que se passe-t-il en réalité, lorsque l’on applique une telle recette ?

Pour le voir, on retourne sur l’île déserte et on rapporte ce qui s’y passe lorsque l’on y contrôle les prix, toujours sans jargon.

Création monétaire – Comment les prix montent

En complément de cette vidéo, en voici une dans laquelle on détaille les mécanismes d’augmentation des prix, en cas de création monétaire.

Pour cela, ira sur une île déserte observer des pêcheurs de poisson, des cueilleurs de noix de coco et un petit malin qui découvre une imprimante.

La création monétaire en quatre minutes

Dévaluer nous rendra riches ! Créer de la monnaie résoudra la crise, favorisera nos exportations et nous permettra de rembourser la dette les doigts dans le nez !

Dans ce court podcast, on dissèque la création monétaire et observe ses effets réels dans l’économie.

Le tout en quatre minutes et sans jargon.

La droite, la gauche … et le reste

Les médias classent les mouvements politiques dans deux cases, droite et gauche. Ceux qui s’intéressent un tout petit peu à la politique constatent tous que cette méthode de classification ne fonctionne pas pour l’ensemble des mouvements et idéologies.

Ce modèle crée des voisinages artificiels, comme celui des royalistes qui se retrouvent mitoyens avec les nationaux révolutionnaires avec qui ils ne partagent presque rien. Il crée également d’authentiques SDD (Sans Direction Déterminée), avec les libéraux par exemple, que l’on sera bien en peine de placer dans l’une ou l’autre case… et que l’on ne peut pas qualifier de centristes non plus.

Il existe une façon nettement plus efficace de classer les idéologies. J’en donne mon interprétation dans ce court podcast de cinq minutes.

Sans état c’est la loi de la jungle

Celui qui remet en cause la moralité et la justification de l’existence de l’État s’entend assez couramment dire que « si l’État disparaît, les hommes se mangeront entre eux et ce sera le retour à la barbarie et à la loi du plus fort ».

Ce podcast est une réponse à cette objection.

Déminons les mots

Une même action peut être décrite par deux mots différents, selon qu’elle est accomplie par le groupe A ou par le groupe B.

Il s’agit bien de la même action, mais, elle est perçue comme vertu par les deux groupes, lorsque c’est le groupe A qui la pratique… Et perçue comme un crime, lorsqu’elle est pratiquée par le groupe B.

Pourtant, il s’agit bien de la même action. Comment se fait-il que l’on ne juge pas l’action et la charge morale qu’elle porte, mais que l’on décide s’il faut applaudir ou condamner en fonction de l’équipe qui l’a accomplie ?

C’est qu’en Français, il existe des termes qui désignent bien exactement la même action, mais qui ne sont pas répertoriés dans le dictionnaire des synonymes. Ce sont des synonymes officieux.

Et ils sont piégés.

Ce qu’est un choix librement consenti

Lorsque l’on explique que l’impôt est un vol, on nous répond en général qu’il n’en est rien, qu’on est bien content de le payer pour avoir des routes, des écoles et des hôpitaux; et que par ailleurs, si on dispose de l’option entre payer rubis sur l’ongle ou se faire siphonner une somme bien plus importante sur notre compte en banque, c’est bien que les payeurs ont une part de liberté dans cette histoire. Bref, on nous explique que le paiement de l’impôt tomberait dans la catégorie des choix librement consentis.

Ce podcast répond à cette objection.

Définissons l’État

 

La plupart des gens qui aiment causer de politique vouent en général une espèce de passion mêlée de vénération pour l’État ; mais le critiquent vertement en même temps. Et tous la bonne idée pour le réformer dans le bon sens, faire cesser le gaspillage et le rendre enfin efficace… Tout en semblant ignorer la nature authentique de cette institution.

Mais ils ne sont pas les seuls. Les dictionnaires et les encyclopédies sont eux aussi tout à fait vaseux, imprécis et inutilement verbeux lorsqu’il s’agit d’aborder l’État.

C’est pourquoi je tente ici, dans ce podcast un peu maladroit (qui mériterait peut être un nouvel enregistrement), de définir l’État, en partant essentiellement des relations qu’il génère entre les individus.

La loi des hommes de l’État

Il faut toujours faire de nouvelles lois. Les États en pondent nouvelles tous les jours et à tous propos. Comme si la production continuelle de nouvelles lois était l’état normal de nos démocraties parlementaires.

Mais sait-on véritablement ce que sont les lois des hommes de l’État et surtout, la façon dont elles se manifestent dans la réalité, en terme de relation entre les individus ?

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑